La fascination de Artemisa: Louise Bourgeois, Carol Rama, Sarah Lucas, Cathy Burghi, Noel Langone

Dans la recherche permanente de manières de représenter la femme éléphante, des affinités sont apparues avec d’autres femmes artistes dont je souhaite partager ici les oeuvres. De mon point de vue, les rencontres et les désaccords à travers les œuvres font partie d’une grande conversation qui transcende les frontières. Les préoccupations communes qui se révèlent dans ce dialogue intergénérationnel s’expriment, en l’occurrence, à travers la fragmentation, la multiplication, la recomposition du corps de la femme. 

Noel Langone.

Source/Fuente: www.instagram.com/noel.langone

En la búsqueda permanent de formas de representar una mujer elefante, han aparecido afinidades con otras mujeres artistas cuyos trabajos deseo compartir aquí.  Desde mi punto de vista, los encuentros y desencuentros a través de las obras, hacen parte de una gran conversación que trasciende las fronteras. Las preocupaciones comunes que se revelan en este diálogo intergeneracional se expresan, en este caso, a través de fragmentaciones, multiplicaciones, recomposiciones del cuerpo de la mujer. Palabras claves como censura, irreverencia, transgresión, placer, materialidad pueden agregarse al vocabulario de este cruce de propuestas artísticas. (Texto en construcción)

Sarah Lucas, Mumum, 2012 Source:https://imageobjecttext.com/2013/01/07/comfy-chair/

In the permanent search for ways to represent the elephant woman, affinities have appeared with other women artists whose works I wish to share here. From my point of view, the encounters and disagreements through the works are part of a great conversation that transcends borders. The common concerns that are revealed in this intergenerational dialogue are expressed, in this case, through fragmentation, multiplication, recomposition of the woman’s body.

Cathy Burghi. De la serie FRUCTIFERA. Acuarela, aquarelle. 2019. Source: http://corazondepapelcathyburghi.blogspot.com/2020/06/petricor-expo-cathy-burghi-curadoria.html

 

La fascination pour la sexualité  « Et Louise Bourgeois va jusqu’au bout dans son désir d’exorciser le passé. Elle outrepasse même les interdits. Rejoue la « scène primitive » en représentant la chambre conjugale dans Red Room. Dénonce le traumatisme de la promiscuité par une orgie de personnages en tissu rose dans Seven in bed, redonnant par là même forme au complexe d’Œdipe. En nommant Fillette une sculpture de pénis en latex, elle repousse encore plus loin les limites, s’interrogeant sur l’ambivalence entre le féminin et le masculin. Dans son approche de la sexualité, de l’identité et du corps, Louise Bourgeois fait figure de pionnière. En presque cent ans, elle a traversé le surréalisme, l’expressionnisme, l’abstrait … sans jamais appartenir à un seul de ces mouvements. Unique, cette artiste pour qui la vie est indissociable de l’art ne cesse de créer pour faire revivre cette enfance qui l’a tant marquée. Choquante ? Peut-être bien. Mais surtout profondément touchante ». Margaux Rambert

 

Louise Bourgeois. « I dreamed the fibroid’s overwhelmed my body » latex and bedsheets, 2002. Artemisa (Éfeso)

Blind Man’s Buff, 1984 white marble on wooden base Overall: 92.70 x 88.90 x 63.50 cm

Louise Bourgeois, Nature Study, marbre et acier, 1984–94

Carol Rama. La mucca pazza, 1997, Carol Rama. Cadeau, 1999, Carol Rama. Appassionata, 1943. »

Carol Rama déclare : « Je n’ai pas eu besoin de modèle pour ma peinture, le sens du péché est mon maître. » Depuis ses premières aquarelles censurées des années 1930, elle invente son propre système visuel, contrastant avec les représentations modernistes et normatives dominées par la vision masculine. »  mam.paris.fr

1.Diana of Ephesus, marble Greek statue
2. Templo De Artemisa Éfeso – Imagen de iStock
3. Source: Wikipedia: Artemisa, hermana de Apolo, se le rendía en Éfeso un culto en cierto modo prehelenístico, representando más la fertilidad que la virginidad.
4. Source: https://observandoelparaiso.wordpress.com/tag/templo-de-artemisa-en-efeso/
« Diosa griega Artemisa de Éfeso (denominada Diana por los romanos) »

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.