La fascination: Artemisa, Louise et Carol Rama

louise-bourgeois

« I dreamed the fibroid’s overwhelmed my body » latex and bedsheets, 2002.Artemisa (Éfeso)

La fascination pour la sexualité 

« Et Louise Bourgeois va jusqu’au bout dans son désir d’exorciser le passé. Elle outrepasse même les interdits. Rejoue la « scène primitive » en représentant la chambre conjugale dans Red Room. Dénonce le traumatisme de la promiscuité par une orgie de personnages en tissu rose dans Seven in bed, redonnant par là même forme au complexe d’Œdipe. En nommant Fillette une sculpture de pénis en latex, elle repousse encore plus loin les limites, s’interrogeant sur l’ambivalence entre le féminin et le masculin. Dans son approche de la sexualité, de l’identité et du corps, Louise Bourgeois fait figure de pionnière. En presque cent ans, elle a traversé le surréalisme, l’expressionnisme, l’abstrait … sans jamais appartenir à un seul de ces mouvements. Unique, cette artiste pour qui la vie est indissociable de l’art ne cesse de créer pour faire revivre cette enfance qui l’a tant marquée. Choquante ? Peut-être bien. Mais surtout profondément touchante ». Margaux Rambert

Louise-Bourgeois, Blind Man’s Bluff

louise-bourgeois-antecedente-fronteras

 

  »Carol Rama déclare : « Je n’ai pas eu besoin de modèle pour ma peinture, le sens du péché est mon maître. » Depuis ses premières aquarelles censurées des années 1930, elle invente son propre système visuel, contrastant avec les représentations modernistes et normatives dominées par la vision masculine. »  mam.paris.fr

Appassionata, 1943

Appassionata, 1943

La mucca pazza, 1997

La mucca pazza, 1997

Cadeau, 1999

Cadeau, 1999

 

 

Artemisa de Efeso

 

Wikipedia: Artemisa, hermana de Apolo, se le rendía en Éfeso un culto en cierto modo prehelenístico, representando más la fertilidad que la virginidad.

Continua…..

 

 



Laisser un commentaire